Interview de Marsault: «Je pense que les gens qui me suivent ont juste envie de se marrer»

Si quieres leer esta entrevista en español, puedes hacerlo aquí.

En France, Marsault est actuellement considéré comme l’auteur de bande-dessinée le plus controversé. Ses dessins réalistes à l’encre noire s’attaquent avec humour à tous les stéréotypes de la société et de la politique française. Pourquoi son œuvre dérange-t-elle autant ? Vivons-nous dans une époque où l’humour et l’art, de manière générale, se verraient soumis à certaines limites à ne pas franchir ?

Ton parcours est assez atypique, tu n’as pas suivi un cursus aux Beaux-Arts et tu t’es lancé dans la bande-dessinée en autodidacte. Qu’est-ce qui t’as soudainement attiré vers le 9e art ?

De manière tout a fait naturelle. J’ai toujours dessiné déjà pour les copains, pour moi, pour rigoler un petit peu. Puis, sur les coups de mes 18, 19 ans j’ai commencé à m’y mettre de manière plus poussée. À commencer à travailler une heure, deux heures sur certaines BD, mettre au point des scénarios. À l’époque j’habitais en ville, à Rennes et quand j’ai compris que la vie que je menais (le boulot, les sorties, les copains, les copines, la picole etc.) n’était pas compatible avec un apprentissage en règle, je me suis alors exilé à la campagne et je me suis mis à travailler dix, douze heures par jour. Je me suis professionnalisé à partir de ce moment-là. J’étais en banlieue parisienne, je suis arrivé à vingt ans. En une journée je suis passé de la décadence quotidienne à une espèce de vie de moine. Il fallait que je le fasse, c’était comme un besoin.

Tu as d’abord publié tes albums en auto édition avant de te faire connaître sur les réseaux sociaux. Ne penses-tu pas qu’il y ait une surabondance d’informations, de commentaires et d’avis nocifs véhiculés par ces nouveaux modes de communication ? Points positifs et négatifs des réseaux sociaux ?

J’ai publié mes albums au bout de longtemps ! Ça peut se découper en trois, quatre périodes. D’abord de vingt à vingt-quatre ans : j’ai vraiment travaillé tout seul dans mon coin puis j’ai essayé de me faire publier auprès d’un peu tout le monde: Gallimard, Casterman…Comme personne ne voulait de moi, je me suis dis que j’allais proposer mon travail aux financements participatifs. Mon premier album a été publié comme ça en autogestion. Ensuite, je me suis mis sur Facebook car je voulais voir si ce que me disaient les éditeurs, à savoir que j’étais ringard et rétrograde, le public était d’accord avec ça. Et non, du coup !

Les points positifs des réseaux : quand tu postes un truc en public, les gens ne vont pas prendre des pincettes. Ils vont dire j’aime, ils vont mettre un commentaire, dire que c’est de la merde ou pire encore, quand c’est vraiment de la merde, ils ne commentent même pas, c’est ça qui est terrible. Par exemple, j’ai travaillé chez un journal d’extrême gauche, Zélium, où j’ai publié pendant deux, trois ans mes dessins. Quand j’ai commencé à publier sur Facebook, ils m’ont viré pour « extrême droitisme » parce que j’ai été partagé par Alain Soral plusieurs fois. Ils m’ont reproché de ne pas m’indigner publiquement, de ne pas cracher à sa gueule. Alain Soral m’a partagé comme plein de personnes le font. Je ne vais pas faire un texte pour dire « Soral est un fils de pute » alors que je n’ai rien à voir là-dedans. Comme j’avais déjà à l’époque des relents patriotes, disons classiques, ça leur a fait un prétexte pour me dégager.

Marsault // Photo: Kenza Sebti

Marsault // Photo: Kenza Sebti

Ta page Facebook est régulièrement censurée, pourquoi ? La liberté d’expression n’est-elle pas totale sur internet ?

Au début, ma page marchait bien, sans soucis. J’ai commencé à avoir des problèmes à partir du 13 novembre. J’ai publié un dessin, qui, malheureusement, lors des attentats a bien marché car tous les gens sont derrière leurs écrans. J’ai pris 15 ou 20 000 likes en deux jours et, forcément, il y a d’autres personnes qui ont commencé à venir sur ma page. À l’époque, je commençais à faire des dessins « anti féministe ultra ». J’attaque toujours les ultras, en partant du principe que je suis d’accord pour l’égalité homme-femme, je suis d’ailleurs peut-être plus féministe que d’autres. Ce sont ces « féministes ultra » qui ont commencé à mener la charge, elles ont fait fermer ma page une fois pendant 1 semaine. Et ensuite, tout le monde a suivi. Tout le monde s’est rallié à la cause « Marsault représente l’extrême droite » et c’est moi le grand méchant dans l’histoire, « l’enculé n°1 ». Au début, ça me faisait un peu de peine, j’essayais de parler aux gens pour comprendre ce qui se passait. Et quand je voyais que je m’adressais à des personnes bornées qui ne voulaient rien savoir, j’ai décidé d’en avoir plus rien à foutre, tout simplement.

Tu penses qu’il y a justement un problème de bien-pensance en France ?

Oui, clairement. Ce sont juste des fiottes qui n’ont rien à foutre de leur vie et qui sont plus fachos que les fachos. C’est ça qui est gonflant. Si ces gens-là admettaient directement qu’ils se revendiquent d’une idéologie fasciste et qu’ils considèrent qu’il y a des gens qui devraient soit être condamnés à la ruine sociale, financière, mourir et fermer leur gueule en prison, moi ça me dérangerait pas, au moins c’est clair. Seulement les mecs ce sont quasiment tous des « Je suis Charlie », ils ont tous des écharpes en soie, des frocs en velours, ils pèsent  22 kilos, ils ont des fleurs dans les cheveux et a coté de ça, ça les dérange pas de me signaler massivement pour faire fermer ma page pour qu’en gros j’arrête de gagner ma vie. Alors que moi, je le répète à chaque fois, je n’ai rien demandé à personne, faut pas l’oublier. Je dessinais tout seul dans mon coin et à aucun moment j’ai dis « ce mec là je l’aime pas je vais aller fermer sa page », je faisais chier personne. Au bout d’un moment, je suis devenu agressif c’est vrai. Tu sais, quand je regarde les commentaires, les gens qui me crachent à la gueule, franchement ça va quoi, je veux dire je les aurais pas compté dans mes potes.

Dibujo de Marsault

Dessin de Marsault // RING éditions

Penses-tu qu’il soit plus difficile aujourd’hui de réaliser ce genre de dessin en comparaison avec les années 60 ou Hara-Kiri, par exemple, n’avait pas froid aux yeux et n’était pas dérangé pour son humour politiquement incorrect ?

Tu as raison, Hara-Kiri faisait des choses épouvantables, je m’en souviens très bien. Le problème aujourd’hui, c’est qu’on vit dans une société très individualiste. Tout le monde s’invente un combat, un drame. Je vais te dire franchement, les Noirs, les Arabes, les Juifs ont des raisons d’être sur la défensive et la paranoïa. Il y a eu la colonisation, des meurtres racistes commis par les skinheads. Les Noirs ils ont eu l’esclavage, le racisme anti-noir et les Juifs la Shoah. Donc ça peut se comprendre qu’ils soient sur la défensive. Et moi, je remarque que tous ceux qui me cherchent la merde ce sont des petits Blancs. Pourquoi ? Comme ce sont des merdes qui ne réussissent pas leur vie, ils vont essayer de se dire « La société m’oppresse ». Donc, qu’est-ce que je peux m’inventer comme histoire, comme drame. Ils s’inventent alors des névroses pour pouvoir se plaindre et dire que s’ils ont raté leur vie c’est parce qu’on est tous des méchants alors que ce sont juste des merdes. C’est plutôt ces gens-là qui m’emmerdent. Car moi les Noirs, les Arabes, les Juifs, ne m’ont jamais fait chier outre mesure. Ce sont ceux que j’appelle ces « fragiles Européens » qui me dérangent. Par rapport à la bien-pensance française dont tu parlais, je pense qu’il s’agit plus d’un problème occidental : on a les mêmes fragiles chez nous, qu’en Angleterre, qu’en Allemagne, en Suède, au Danemark etc. C’est une fragilité typiquement blanche, européenne, occidentale. On a ce qui se fait de plus fragile dans le monde comme ethnie.

Par rapport à tes références artistiques dans le monde de la BD, quels seraient tes trois maîtres à différentes époques : celui de ton enfance, de ton adolescence et d’aujourd’hui ?

Ça va se mélanger, car j’ai toujours aimé les vieux. En gros, mon enfance je te dirais Astérix. Adolescence Gotlib et âge adulte Goossens. Dans les auteurs de BD actuels, personne ne m’intéresse. Je n’aime personne.

Marsault // Fotografía: Kenza Sebti

Marsault // Photo: Kenza Sebti

Tu as déjà participé au Festival d’Angoulême ?

Intervention de Giuliano Saldicco, responsable des relations libraires et des droits étrangers chez RING: On avait prévu d’organiser un événement hors-les-murs avec Marsault. On avait un libraire sur place qui était ravi de l’accueillir. Quelques jours avant, j’ai eu un appel du libraire qui a eu peur à cause de trois antifascistes qui ont commencé à mettre des pressions, à dire « ouais on va casser votre vitrine ». Le libraire a flippé et a préféré tout annuler et rembourser intégralement la venue de Marsault. Alors que pour nous, c’était une fierté de pouvoir représenter un auteur de bande-dessinée qui marche bien, qui a un vrai lectorat. Il casse des gueules à personne Marsault. C’est juste un « Charlie » un crayon en main et la liberté d’expression qui va avec.

Marsault : Le vrai problème, pour revenir à tout ça, c’est que je suis une sorte d’OVNI dans le paysage artistique français parce que quand t’es artiste, t’es censé être libertaire, aimer l’autre. Et surtout dire que les flics ce sont de gros enculés et que la France c’est de la merde. Et moi, le vrai problème, il vient du fait que j’ai toujours affirmé mes positions pro-flics et patriotes. Je pense que si je n’avais pas cette teinte pro-flic et patriote, les gens me foutraient la paix. (…) J’ai tout de même un soutien de la part de mes lecteurs, les gens se rendent bien compte lors de mes dédicaces que je suis un mec sympa.

À quel type de public souhaites-tu t’adresser ?

Je ne cible personne. Les dessins que je fais reflètent parfaitement ma personnalité et mon style de vie. J’ai été impressionné lors de mes dédicaces par la diversité de mes lecteurs. Je m’attendais à voir des gros costauds, des bikers un peu skins mais en fait, non, j’ai vraiment de tout ! Ça va de 35 à 130 kilos, du bon Beur au truc bio équitable. Je pense que les gens qui me suivent ont juste envie de se marrer.

Marsault // Photo: Kenza Sebti

Marsault // Photo: Kenza Sebti

Qui est Eugène ? Que représente-t-il ?

Il représente quelque chose de sans filtre : on a tous des filtres. Si quelqu’un m’énerve dans la rue, je ne vais pas aller lui fracturer le crâne comme ça, je vais m’en aller ou discuter avec lui car on a des façons de faire en société. Eugène, lui, il est sans filtre et ça détend. Après une dure journée au boulot, tomber sur Eugène qui déglingue quelqu’un ça fait du bien ! J’aime bien Eugène, c’est mon copain.

La fameuse grande question : peut-on rire de tout, et mieux encore, doit-on rire de tout ?

Ben oui. Je vais citer encore Desproges, le pauvre il doit en avoir marre « On peut rire de tout mais pas avec tout le monde ». Il y a une frontière très fine entre la méchanceté, la médiocrité et l’humour noir.

Dessin de Marsault // RING éditions

Dessin de Marsault // RING éditions

Pourtant, en t’exposant sur les réseaux sociaux tu t’adresses à tout le monde.

Internet c’est la liberté donc les gens prennent la liberté de parler même si ce qu’ils disent ne sert rien. Je peux me vanter de n’avoir jamais rien fait de méchant, j’ai toujours essayé d’être acide mais jamais méchant gratuitement.

Le noir, c’est ta marque de fabrique. Tel Soulages, tu ne lâcheras jamais le noir pour la couleur ?

J’ai déjà fait de la couleur Madame ! Je maîtrisais pas mal la couleur mais le noir et blanc c’est beaucoup plus violent, plus efficace. Je me faisais chier à tout colorier au feutre mais même si ton original a une bonne gueule après avec le scann ça te fausse le truc. Alors qu’avec le noir et blanc, ça ne change pas, ça reste intact.

Dessin de Marsault // RING éditions

Dessin de Marsault // RING éditions

Ta façon de travailler est-elle plutôt névrotique, impulsive, obsessionnelle…?

Non, pas du tout ! Ma façon de travailler est la plus chiante au monde. Je suis dans ma campagne et je dessine de manière linéaire toute la journée. Il n’y a rien d’impulsif. Pour revenir à ce que je disais tout à l’heure, la vraie qualité ça ne se fait pas dans l’inspiration mais dans le travail ! Même après avoir publié plusieurs albums, j’ai toujours la trouille de m’asseoir et que rien ne vienne, même si je sais que ça vient toujours. J’ai une manière de bosser assez anarchique. Je commence d’habitude par un truc graphique, une baston, une paire de nibards, un truc comme ça puis je brode autour. Quand je commence une BD, je trace les cadres, je réfléchis quelques heures avant puis ça vient de façon naturelle. C’est assez spécial. Je n’ai pas la même technique qu’un auteur de BD classique qui pense d’abord à son story-board etc., c’est pour ça que mon énergie est différente.

Le cinéma, la littérature t’inspirent-ils ? Le livre et le film qui t’ont le plus marqués ces derniers mois ?

Ça ne m’inspire pas du tout. Un livre qui m’a marqué tout de même c’est « Les contes de la folie ordinaire » de Bukowski. Le cinéma ne m’intéresse pas du tout. Ma vie est uniquement rythmée autour du travail. J’ai une vie extrêmement chiante. Je ne regarde pas de film, je ne lis pas de bouquins, je n’ai pas d’amis. Mes seuls loisirs c’est le sport, voir ma copine, ma mère et dessiner.

Penses-tu que la bande-dessinée reste un art mineur, dévalorisé ou commence-t-il à trouver ses lettres de noblesse ?

Je pense que ça perd ses lettres de noblesse au contraire ! C’était mieux avant mais c’était inégal, il y avait des vrais talents, et d’autres qui étaient moins bons. Mais même les mauvais n’étaient pas trop mal, car ils faisaient l’effort, ils travaillaient bien. Il y avait aussi des monstres, Gotlib, Reiser, les mecs à l’ancienne. Aujourd’hui, ça s’est démocratisé, ça s’est industrialisé, les mecs travaillent avec des palettes graphiques tu ne sais même plus si ça été fait à la main ou pas. Il n’y a plus des géants comme avant. Moi, je me considérerai comme un géant seulement dans 30 ou 40 ans si je continue à travailler et à produire massivement. Tu prends Uderzo, il a tenu la route jusqu’à 80 balais, tous les albums d’Astérix sont excellents du début à la fin. Hergé, le dernier album il a mis 8 ans à le faire et le résultat est très bon, toute sa production est réussie. J’adore Titeuf aussi, tout ce que fait Zep j’adore, c’est un géant lui aussi. Il a un style redoutablement efficace. Ensuite, aujourd’hui, je ne vois personne…je dirais Tardi mais c’est aussi un mec à l’ancienne.

Une collaboration que tu rêverais de réaliser ?

Avec personne.

Exposer tes dessins, une idée qui te séduit ?

Pourquoi pas, oui.

Marsault // Fotografía: Kenza Sebti

Marsault // Photo: Kenza Sebti

Prochaine étape ? Futurs projets ?

Publication du prochain album « 2 poids 2 mesures » le 6 avril. Puis la réédition de « Sans filtre » et un album 100% inédit chez Ring que je suis entrain de préparer. Courant 2018, je vais aussi faire un recueil de nouvelles que je vais illustrer moi-même. J’aime bien écrire. À la base, mon boulot c’était écrivain. De 14 à 17 ans, je m’investissais pas mal dans l’écriture. Autant sur le dessin, j’ai une méthode vraiment spartiate, autant pour l’écriture il faut que ça vienne quand je suis inspiré. Je ne sais pas écrire de manière professionnelle. C’est super compliqué pour moi d’écrire.

Dessin de Marsault // RING éditions

Dessin de Marsault // RING éditions

Un dernier mot ?

BREUM lecture !